Présentation

Photographe culinaire

Laure Villain est photographe indépendante.

Ses parents, artistes tous les deux (son père est metteur en scène et écrivain, sa mère est peintre) lui transmettent, dès le plus jeune âge, un goût prononcé pour les arts en général et la photographie en particulier.

Les livres de la bibliothèque familiale (peinture, littérature, photographie, cuisine, etc.) alimentent sa curiosité et créent une matière visuelle fertile.

Les oeuvres des grands peintres et l’univers du spectacle dans lequel elle a grandi ont un impact très fort sur sa manière d’envisager la lumière en photographie.

Un premier appareil photo en bandoulière, elle va éduquer son oeil ainsi que son sens de la composition et du cadrage.

Quelques stages avec des photographes réputés (Jean-Christophe Béchet, Antoine Legrand, etc.) lui permettent de résoudre certaines difficultés techniques et de sortir de sa zone d’(in)confort.

Une formation avec Pascal Lattes (photographe pour Thuriès Magazine) ainsi qu'avec Thomas Dhellemmes l’aide à perfectionner sa pratique de la photographie culinaire. Elle travaille également régulièrement aux côtes de Mathilde de l'Écotais.

Depuis quelques années, parallèlement à ses collaborations avec des chefs étoilés, elle va à la rencontre des producteurs (vignerons, huilier, maraîchers, etc.) afin de développer une série artistique sur les métiers et les mains.

Démarche artistique

Il est fréquent d’entendre dire que la photographie culinaire a pour rôle de se substituer aux autres sens et de mettre ses spectateurs en appétit.

Bien que j’adhère parfaitement à ce point de vue, il me semble que la photographie culinaire doit aller plus loin et peut raconter des histoires.

Histoire, tout d’abord, de son cuisinier, de celle de centaines d’heures de travail, de recherche, de curiosité et d’exigence.

Histoire, aussi, d’une brigade présente chaque jour, à chaque service, pour proposer un voyage des sens et du plaisir.

Histoire, également, du produit, qui est à l’origine de tout plat, qu’il soit simple ou raffiné.

Histoire, enfin, de la magie qui opère en cuisine. Comment, à partir d’un même ingrédient, d’une même recette, chaque cuisiner donne-t-il à goûter quelque chose de si personnel, de si différent, de si proche de son attente intérieure ?

En tant que photographe, je m’efforce d’être silencieuse et à l’écoute, d’entendre ces histoires et de les restituer, telle une conteuse de lumière.